Sidney & Dee Nasty : La mémoire du hip-hop dans la peau

Hier au Pannonica, deux pointures historiques du hip-hop ont refait l’Histoire du Hip-hop devant un public de jeunes adultes en soif de mémoire collective. Romain et Mathieu, néophytes mais curieux de natures, y étaient, les oreilles grandes ouvertes.

Comment le Hip-Hop s’est t il installé en france? C’est la question à laquelle ont repondu deux références françaises en la matière : Sydney et Dee Nasty lors d’une conférence-débat à Nantes en cassant les stéreotypes et les contradictions de cette culture issue des guettos new-yorkais.

L’histoire du Hip-Hop commence aux Etat-Unis avec Afrika Bambaataa, musicien américain qui participa activement au développement du Hip-Hop. Il crée l’association « Universal Zulu Nation » aprés le déces de son meilleur ami lors d’une fusilade contre la police,. Le but des Zulus était de fédérer les gangs et de les faire évoluer de manière positive et non-violente par la pratique du Mc-ing, du DeeJaying, de la danse et du graffiti .La culture hip pop commença alors avec une idéologie de paix et de reconciliation s’inspirant beaucoup de la soul et du funk avec notamment James Brown et Isaac Hayes .

Dee Nasty,DJ français, n’est plus à presenter pour les amateurs de cette musique. Passioné par la culture musical afro-américaine, il décida en 1979, de partir au Etats-Unis où il devient membre de l’association Universal Zulu Nation et découvrit les débuts de la musique hip hop avec toute ses origines (graffiti, breakdance, DJing, MCingir et beatbox). interview :

A son retour en France, impregné de cette culture pacifique , il commença à travailler avec le rappeur Lionnel di , et c’est réellement , depuis l’autorisation des radios libres en france et la decouverte de la « words music » qu’émergea le Hip-Hop français.

En 1983 , il rencontre Sidney Duteil , un grand passionné de jazz et présentateur d’une émission musicale quotidienne et phare de la radio publique « radio 7 » en 1982 .

Par la suite Marie-France Brière, sa directrice de radio est propulsée à la direction les programmes de divertissement de TF1 ou elle demande à Sidney d’animer une émission de danse Hip-Hop : la mythique H.I.P H.O.P (extrait ci-dessous avec la première apparition à l’écran de Booba (sic!) )

S’ensuit un silence médiatique important pour le genre malgré les efforts de quelques inconditionels comme Dee Nasty. C’est à partir du début des années 90 que le Hip-Hop atteint le grand public, grâce à l’intervention d’artistes comme IAM ou MC Solaar dont leurs premiers albums sortent dans les bacs en 1992. Cette culture élargit sa popularité quelques années plus tard avec la radio Skyrock, qui changea de cap musical et devint « radio officiel de rap ».

Le Hip-hop, la bonne trentaine, à l’origine chargé de valeurs pacifiques est amené à se diversifier comme ce fut le cas avec l’émergence du rap. j’y connaissais presque rien de la culture Hip-pop , j’ai été trés supris par les valeurs positives du genre la solidarité, la non-violence ,etc… y avoir été fut trés enrichissant et m’ a enlevé beaucoup de préjugés vis à vis de cette culture,: c’est à dire que je savais qu’elle était née dans la rue mais je la pensais plutot rebelle, violente et immature surement parce que j’en ai vu et entendu dans les médias, bref le contraire de ce que pronait l’origine du Hip-Pop.

Publicités

0 Responses to “Sidney & Dee Nasty : La mémoire du hip-hop dans la peau”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s






Publicités

%d blogueurs aiment cette page :